Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 09:14
Coté poitrine, pas beaucoup de concurrence  pour Chesty Morgan.

Coté talent par contre, on peut pas forcément avoir tout au même endroit!


Repost 0
Published by djordj - dans Sexploitation
commenter cet article
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 11:42

C'est la saison du melon... Et je vous en ai trouvé deux de taille... On a eu le meilleur avec notre ami  Russ, voici le pire avec nos amis américains. Vous pensiez tout connaitre en poitrine féminine? Les filmographies de Russ Meyer et Lolo Ferrari n'avaient aucun secret pour vous ? Celle de Fellini non plus? Eh bien, dans la filmographie de ce dernier, se cachait une surprise. Et de taille !!!! Notre cinéaste italien, grand amateur de rondeurs mamaires et de décoltés callypiges, avait engagé pour son "Casanova" une actrice que l'on pourrait qualifier de sein pa(thé)tique. Malheureusement pour elle,  son (petit) rôle fut coupé au montage...

Une "actrice" cependant remarquée (à défaut de remarquable) dans deux soft-porns tournés peu de temps auparavant et qui auront fait sensation dans le monde du narnar cinémahographique tant la nullité de ces chefs d'oeuvres est proportionelle à la taille des mamelles de leur actrice principale...

une ancienne strip-teaseuse professionelle répondant au doux nom de Liliana Wilczkowska ayant pris comme nom de scène de Chesty (poitrine) Morgan, un sobriquet beaucoup plus facile à prononcer et surtout à retenir...







Agent 73 (Super nichons contre mafia), 1973, réalisé par Doris Whisman (USA), avec Chesty Morgan (Jane Tenany), Frank Silvano (Tim/Ivan Toplar), Saul Meth (Igor Stosky), Jill (la petite amie de Jane), Louis Burdi (Mark Chiaro), Peter Sacvage (Bill), Denise Purcell (l’infirmière), Donny Lee (Larry Koch). Le chef d'une bande de dealers , l'infame Ivan Toplar, importe frauduleusement aux USA de l'héroïne. C'est pas le premier, mais la sienne est de si mauvaise qualité que les services secrets US ont décidé de mettre fin à ses agisssement en infiltrant son gang pour mieux le détruire de l'intérieur. C'est le super agent secret Jane Tennay qui est chargé de l'affaire. Comme personne ne sait à quoi ressemble Toplar, sauf qu'il a une vilaine tache sur le visage, les services secrets ont décidé de greffer une mini caméra à l'intérieur du sein gauche de Jane (c'est vrai qu'il y a de la place pour le mettre....). Au cas ou Jane se ferait prendre, la caméra est munie d'une bombe à retardement qui doit exploser à une date précise, mais Jane bien évidement ne le sait pas..

S'il y a une intrigue policière dans ce film, ce n'est surtout pas elle que l'on pourra retenir. Ni l'ennui ("retiens l'ennui" chantait pourtant Johnny....) mortel qui se dégage de la vision de ce film qui se situerait entre un film de Godard réalisé sous l'emprise abusive de la cocaïne et un film cul revu par Ed Wood. Une oeuvre pourtant due à Doris Wishman, une des pionnières du film dit de "sexploitation", c'est à dire de vulgaires (dans tous les sens du terme) pornos softs réalisés entres les années 60 et 75,  un genre ou s'illustrèrent aussi en leur temps des cinéastes comme Russ Meyer et centrée uniquement sur les appats mammaires gigansteques de son interprète féminine (on se demande parfois d'ailleurs ou est la féminité), appat que cette beauté "Hors normes", à coté de laquelle Lolo Ferrari faisait figure d'anorexique, n'hésite pas à mettre en avant (de toute façon, en arrière elle se serait cassé la figure, alors....) avec une perruque et des robes que même une Drag Queen n'oserait pas porter. Et je ne parle pas des chaussures...


Mais comme "Supernichons..." semble avoir été filmé avec les pieds...ceci explique peut être cela ! Filmé en même temps, le second film qui marque la collaboration entre les deux reines du ne vaut guère mieux...




Deadly weapons (Mamelles story), 1974, réalisé par Doris Whisman (USA), avec Chesty Morgan (Crystal), Harry Reems (Tony), Richard Towers (Larry), Saul Meth (Nick), Phillip Stahl (le père de Crystal), Denise Purcell (Eve). Crystal, responsable d'une agence publicitaire, (pour une marque de parachutes ou de sous tifs?) est la maitresse de Larry, un petit loubard sans grosse envergure qui a mis la main, accidentellement, sur un carnet appartenant à son patron, un mafioso notoire que rien n'arrète. Il essaye de le faire chanter, mais cela va se retourner contre lui et Larry va se faire tuer par les hommes de mains du bandit. Crystal, qui a "assisté" au meurtre de son amant, au téléphone,  va alors checher à se venger des assassins de son homme. Tout d'abord elle les séduits, puis une fois qu'ils sont bien chauffés à point, elle les étouffe en leur coinçant la tête entre ses deux (énoooooormes) seins.



Même si la performance de cette pauvre Chesty Morgan aurait suffit pour décerner à ce film l'Oscar du plus mauvais film de tous les temps, la réalisatrice Doris Wishman a tenu à y ajouter sa "patte".  Rien ne tient debout. (Surtout pas les seins de l'actrice...). Entre plans ineptes et inaptes (des gros plans de pieds, de mains, de seins), des effets spéciaux à peine digne des Carpentiers, une multitude faux raccords faisant passer Godard pour un génie, une musique à chier pour un strip-tease de merde, des costumes redoutablements ringards, des décors mêmes pas de Roger Harthe, tout s'accorde pour faire de ce film un véritable chef d'oeuvre du Nanar, à tel point que John Waters y rendra hommage dans son film "Sérial Mom" avec Kathleen Turner" et qu'il n'est pas dit qu'un jour Quentin Tarantino (qui aime particulièrement le kitch et le mauvais gout) ne le fasse pas non plus...On a en tout cas beaucoup de mal a retenir un fou rire à chaque fois que Chesty Morgan, telle une Meryl Strip en chaleur dans ses collants opaques trops sérrés, souleve ses deux tonnes de graisse pour étouffer ses amants entre ses seins. Et rien que ces scènes la valent à elles toutes seules l'achat du film...


Les deux films existent en VHS ("supernichons..."  en francais) et en DVD USa avec les deux films

Repost 0
Published by djordj - dans Sexploitation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : Un blog consacré au cinéma de série B
  • Contact

Recherche

Liens