Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 09:25

En 1971 arriva sur les écrans américain un nouveau type de film: celui dont le héros était un noir (un afro-américain pour rester politiquement correct). "Sweet Sweetback's Baadaaasss' song", était réalisé par un metteur en scène noir, Melvin van Peebles ( le père de l'acteur Mario Van Peebles), produit par un noir et surtout destiné à un public noir, qui va pouvoir enfin se reconnaitre dans son héros principal et non plus devoir se contenter des seconds rôles (en général surtout des roles soit de domestiques, soit de méchants ou de jeunes déliquants). Ainsi venait de naitre la "Blackploitation", un nouveau genre cinématographique qui va connaitre un succès fulgurant durant prèsque cinq ans et sombrer dans l'oubli tout aussi vite. Jusqu'à ce que Quentin Tarentino, avec "Jackie Brown", essaye de lui redonner vie. Cléopatra Jones fut l'une des plus belles perles (noires bien sur!) du genre...



Cléopatra Jones, (Dynamite Jones), 1973, réalisé par Jack Starrett, (Usa), avec : Tamara Dobson (Cléopatra Jones), Shelley Winters (Mommy), Bernie Casey (Reuben), Brenda Sykes (Tiffany), Antonio Fargas (Doodlebug Simkins), Dan Frazer (Crawford).
Cléopatra Jones, agente très spéciale au service du narcotic bureau, doit démanteler le réseau de came de la cruelle Mummy, une chef de gang lesbienne qui possède ses propres champs de pavots en Turquie. Comme cette dernière n'a pas aimé que Cléopatra fasse mette le feu à ses récoltes, elle va s'atttaquer aux proches de celle-ci, notament à un centre de rééducation pour jeunes déliquants que la belle Cléopatra parraine. La guerre entre les deux femmes est désormais déclarée et ne devrait se terminer que dans un baind de sang...


Premier épisode d'une série qui, hélas, n'en comptera que deux, ce film est  plus une parodie qu'une série B...Affublée d'un look mi Grace Jones , mi  Ertha Kitt , grimpée sur des talons hauts, telle une Drag Queen, malgré son 1m 85, coiffée d'une perruque afro énoooorrrrrrmmmmme ou d'un carré de soie Hermès et toujours vétue de tenues excentriques, l'ex top-model Tamara Dobson donne ici vie à une créature semblant toute droit sortie d'une bande- déssinée, crayonnée sous l'emprise de la coke.

Agent du gouvernement en charge de détruire un réseau de traficants de drogue, elle doit affronter une redoutable patronne de gang, (magnifiquement interprétée par une Shelley Winters complètement habitée par son personnage) nommée Maman (ou Mommy en V.O), une lesbienne de choc regnant sur une armée de jolies tueuses aimant la bagarre mais possédant pour la pluspart deux mains gauches... Comme la vilaine Mommy s'est attaqué au petit ami de Cléopatra qui dirige un foyer de réinsertions de jeunes du quartier, cette dernière,  vu que Charles Bronson est en congé, va prendre sa plus belle mitraillette et s'en aller nettoyer le coin de toute cette racaille (voilà qui plaira en haut lieu...). Evidement tout cela n'est pas du tout crédible (on voit que c'est la première fois que la comédienne se servait d'une mitrailette et qu'en plus elle ne sait pas du tout faire du karaté)... Tamara Dobson étant loin de posséder le talent de comédienne d'une Pam Grier (autre égérie de la Blackploitation, remise sous les projecteurs par Quentin Tarentino avec "Jackie Brown"), on rigole donc plus souvent que l'on ne frémit. La bagarre finale entre Tamara Dobson et Shelley Winters au milieu d'un amoncellement de carcasses de vieilles bagnoles vaut à elle seule le déplacement ! A noter quand même une poursuite de bagnole digne de "Bullitt" et l'apparition de "Hugly-Antonio Fargas- les bons tuyeaux" (souvenez vous, le comédien qui jouait dans "Starsky et Hutch") dans un rôle hélas trop court...


Cleopatra Jones and the casino of gold, ( Dynamite Jones et le casino d’or), 1976, réalisé par Charles Bail (Usa), avec Tamara Dobson (Cléopatra Jones), Stella Stevens (Bianca Javin/FDragon Lady), Ni Tien (Mi Ling), Norman Fell (Stanley Nagel), Albert Popwell (Matthew Johnson). Cette fois-ci, Cléopatra Jones est envoyéée en mission à Hong-Kong par le gouvernement américain afin de mettre aux agissements de la mystérieuse "Lady Dragon", une autre lesbienne responsable du trafic de drogue dans la région...

 

Deux ans après le premier opus de cette mini-saga notre espionne revient pour faire la peau à une autre méchante trafiquante de drogue. Encore plus rigolo (on frise le 3è degré), encore plus proche de la BD que du film noir que le précédent. Cléopatra porte toujours  des chapeaux et des tenues que même Gräce Jones n'oserait pas porter, manie  mieux la lime à ongle que le magnum 357 et est toujours aussi peu douée pour les arts martiaux. Ce qui est un comble, vu que l'action se passe à Hong-Kong. Mais qu'importe... La méchante lesbienne de service est cette fois-ci Stella Stevens (vu que Shelley passait à la tappe dans le premier opus), entourée une fois encore de belles plantes vénéneuses exotiques qui manient le sabre avec raffinement et élégance dans des combats magnifiquement chorégraphiés, ce qui est normal vu que le film est co-produit par la Shaw-brother corporation. On a rajouté à Cléopatra une copine (dé)bridée, la mignone Mi Ling, qui n'a pas son pareil pour se battre les bras attachés dans le dos. L'assaut final contre le Casino d'or est remarquable, explosif et ultra violent. On se croirait à chaque instant dans Kill Bill.Devinez qui a copié ? Dommage en tout cas que la série n'ait eu  que 2 épisodes. Mais ne pleuront pas trop vite.. Il est question que Warner fasse revivre l'agent spécial Cléopatra. Deux candidates pour tenir le rôle: Jada Pinkett ("Professeur foldingingue", "Scream II", "Matrix II" et "Matrix III") et Vivica Fox ("Kill Bill 1", au moins on sait ce qu'elle vaut au sabre... "Batman et Robin" et dans la bagarre... ). A voir...

On regrette que Grace Jones soit désormais trop vieille , mais apparement vu les dernieres photos, elle resssemblerait plus à Magloire qu'à Cléopatra...ce qui ferait désordre!



Les films existent en DVd, mais import USA only
Repost 0
Published by djordj - dans Backploitation
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : Un blog consacré au cinéma de série B
  • Contact

Recherche

Liens