Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 07:56




Theatre of blood (Théâtre de sang), 1974, réalisé par Douglas Hickox, (Angleterre), avec: Vincent Price (Edward Lionheart), Diana Rigg (Edwina Lionheart), Ian Hendry (Peregrine Devlin), Harry Andrews (Trévor Dickman), Coral Browne (Chloé Moon), Robert Coote (Oliver Larding), Jack Hawkins (Solomon Psaltery), Robert Morley (Meredith Merridew), Denis Price (Hector Snipe), Diana Dors (Maisie Psaltry), Milo O’Shea (Inspecteur Boot). Le petit monde du théatre britanique vit dans la terreur. Depuis quelques temps un mystérieux assassin s'en prend aux critiques et les tue en s'inspirant des meurtres perpétrés dans les pièces de William Shakespeare (un  catalogue inépuisable pour sérial killer en herbe...). La police soupçonnerait bien l'acteur Edward Lionheart, qui avait eu des démélés avec tous les défunts, le seul problème est que cet acteur est mort depuis déja deux ans...

On ne fait pas d'Hamlet sans casser des vieux ou la manière la plus drôle d'aborder le théatre de William Shakespeare...
Un an après "L'abominable Docteur Phibes", Vincent Price se voit offrir de nouveau l'occasion de cabotiner à outrance.S'il s'agit toujours d'une histoire de vengeance, cette fois-ci elle ne sera plus bibliquement inspirée des dix plaies d'Egypte mais des oeuvres du plus grand dramaturge Britanique: William Shakespeare. Et coté meurtre, l'oncle William en connaissait un rayon (de bibliothèque, bien sur!!!!). Parce que des critiques se sont montrés particulièrement hostiles envers lui, un acteur complètement mégalo décide de se venger. Et d'une manière particulièrement "inspirée"...

Reprenant quelques-une des plus belles scènes du théatre Shaekespearien, notre vénérable cabotin (aidé de sa fille, la sublime Diana Rigg, alias Mme Peel de la série "Chapeau Melon et bottes de cuir") va occire un à un ceux qui lui ont refusé l'Oscar théatral de l'interprétation deux années auparavant. Suivant un répertoire savament orchestré, nos critiques vont donc mourir d'une manière fort "dramatique". Le premier sera poignardé par une horde de SDF, comme le fut Jules César par ses sénateurs. Le second, tel Hector dans "Proilus et Cressida" sera transpercé d'une lance et son cadavre sanguignolant sera trainé par un cheval au galop à travers la campagne (ici le chemin menant au cimetière).Puis, comme dans Cymbeline, la femme du 3è le découvrira décapité à ses cotés à son réveil...Tandis que le 4è se vera oter une livre de chair (ici son coeur) par un affreux Marchand de Venise. Le 5è critique, porté quand à lui sur la bouteille, sera noyé dans une barrique de vin, selon la bonne vieille méthode utilisé pour assassiner le Duc de Clarence par Richard III (à noter que Vincent Price interprèta ce fameux duc et perit donc noyé, dans le film  de Rowland L. Lee "The tower of London"). Un duel comme dans Roméo et Juliette pour le 6è et hop, on en arrive au 7è qui se verra "éliminer" d'une manière encore plus pernicieuse, puisque la "véritable" victime ne sera autre que sa femme, qui subira les foudres de sa jalousie maldaive comme dans"Othello". Les scénaristes ont semble t'il gardé le meilleur pour la fin: la seule femme du groupe sera brulée vive, telle Jeanne D'Arc dans "Henri VI", d'une manière plus moderne cependant...Et la 8è victime se verra contrainte de manger ses propres enfants (ici deux affeux caniches) comme dans "Titus Andronicus". Autant de morts plus imaginatives , sadiques et plus drôles les unes que les autres... Qui permettent en plus à Vincent Price de se travestir et de cabotiner encore plus que de raison, ce qui lui va à ravir.

Face à lui, les cinéphiles reconnaitront quelques unes des figures emblématiques du cinéma britanique: Robert Morlay (en critique homosexuel très paternaliste avec ses deux caniches qui connaitront malheureusement une fin très culinaire...), Harry Andrews, Denis Price (un habitué des films de la Hammer), Robert Coote, Michael Horden, Ian Hendry, l'ex sex symbol des années 60, Diana Dors ou encore Coral Browne (ex épouse de Vincent Price, qui lui réserve ici le sort funeste d'etre électrocutée). A noter une petite apparition de notre bonne Miss Marple (Joan Hickson) dans le rôle de Mrs Sprout, cell aui découvre le cadavre de son mari, décapité, au petit matin dans son lit -"dis donc, il en fait une tête ton mari au réveil...!").

 La palme revient à Diana Rigg (ex Miss Chapeau Melon ), actrice réputée de la Royal Shakespeare Company qui joue la fille de Vincent Price et réussit le tour de ne pas être "éffacée" (bien au contraire) par la présence de Vincent Price lors de leurs scènes communes. Bien que moins connu que "L'abominable Docteur Phibes", "Théatre de sang" lui est, de loin, bien supérieur, ne serait-ce que par l'intelligence et la cohérence de son scénario (contrairement à "L'abominable Docteur Phibes", qui, s'il a aussi de très bonnes idées au niveau des meurtres inspirés des plaies d'Egyptes, est plus que confus dans sa narration, et je ne parles même pas de sa suite "Le retour de l'abominable Docteur Phibes" qui lui vire carrément au grotesque). Rendons hommage aussi à l'excelent musique qui accompagne les meurtres et qui est due à ."Théatre de sang" ou de l'assassinat considéré comme du grand art!


Le film est sortit en DVD

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans horreur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : Un blog consacré au cinéma de série B
  • Contact

Recherche

Liens