Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 10:03

Tarkan Viking kani (Tarkam et le sang des Vikings), 1971, réalisé par Mehmet Aslan (Turquie), avec Kartal Tibet (Tarkam), Eva Bender (Ursula), Seher Seniz (Lotus), Fatma Belgen (Yonca), Bilal Inci (Tora), Atif Kaptan (Géro, le roi des Vikings), Useyin Alp (Orso). Tarkan, le Hun, a été chargé par Attila (le second Hun) de veiller sur sa fille Yonca qui rentre au pays. Alors qu'ils naviguent tranquillement sur la mer de Marmara, ils se font attaquer par une bande de vikings assoiffés de sang qui non seulement massacrent ses hommes, kidnappent l'infortunée Yonca mais tuent aussi son plus fidèle compagnon, son chien Kurt. Malgré ses blessures, Tarkan se lance à la poursuite de son assaillant, le fourbe Toro, qui n'a pas hésité à tuer Géro, son propre roi, en le faisant dévorer par une pieuvre géante ainsi qu'à vendre Yonca à la princesse chinoise Lotus, une adepte de petits jeux SM . Aidé par la belle Ursula, Tarkan se prépare à affronter mille et un dangers pour sauver la fille d'Attila. Par Odin, il n'a pas Thor....

Les moins aveugles d'entre vous s'en seront peut être rendu compte, Tarkan n'a pas grand chose en commun avec Tarzan... Il ne porte pas de string en panthère (là ou il vit, le grand nord, ce n'est jamais la saison du string) et à part, peut être, le même coiffeur, la comparaison s'arrètera là. Tarkan en fait est un des plus populaires héros de bandes déssinées en Turquie, son pays d'origine.

Né en 1967, sous le crayon du dessinateur Sezgin  Burak,(père de nombreux autres héros de BD très populaires) ses aventures furent publiées dans le journal "Hurriyet" qui vit de suite ses ventes augmenter de façon considérable, ce qui obligeat la revue à tirer rapidement à plus de 100.000 exemplaires par semaines, un reccord dans le monde de la presse ottomane. Le succès fut tel que le héros traversa les frontières  et fut traduit et publié en Angleterre, en Allemagne, en Australie mais aussi en France... Une telle popularité fit que le cinéma s'empara très rapidement de ce héros unique en son genre(normal,  puisque c'est un Hun il est donc unique!!!) et 7 films furent ainsi réalisé entre 1969 et 1973, dont 4 réalisés par Mehmet Aslan et 5 avec Kartal Tibet dans le rôle de Tarkan (Hasan Dermitag et Unal Sahin jouant Tarkan respectivement dans le premier et le second film, Kartal ne reprenant le rôle qu'à partir du troisième film des aventures de Tarkan). De tous, "Tarkan Viking kani" est de loin le meilleur (c'est peu dire du reste...).
Ceux qui lisent régulièrement mes chroniques ont constaté dors et déja que le cinéma Turc est à 90% un cinéma populaire et "bon marché" (pour ne pas dire "Cheap"), qui réalise avec des clopinettes des films destinés à un public aussi large que peu regardant... "Tarkan Viking kani" ne déroge donc pas à la règle. Nous avons donc droit à un scénario 100.000 volts faisant face à un budget zéro kopecks, ce qui donne : quatre décors seulement,  à savoir un drakar normand construit avec les Playmobils du petit--fls du producteur, un chateau viking en carton, une salle de torture sans instruments de tortures (ce qui fait que l'on doit se débrouiller avec le bon vieux Système D (la pauvre actrice est donc attachée au mur avec ses propres cheveux...)  et la fameuse crique du Kraken, ou des prisonniers sont livrès à l'appétit anémié d'une pieuvre géante en latex que n'aurait pas renié Ed Wood...

des armes en plastoc, notament les haches qui se tordent lorsqu'elles s'écrasent sur la tête des figurants, des figurants qui meurent plusieurs fois, dans plusieurs plans différents, des ags cocasses non voulus ( l'un d'entre eux perd même son casque et sa perruque lors d'un combat...)


et des boucliers sortis tout droit de chez l'accessoiriste de "La cage aux folles"...

d'ou a du sortir le coiffeur car rien qu'à voir la choucroute de Tarkan et celle de son rival (un sosie de Christian Clavier dans le rôle Asterix), on craint le pire (et on a raison !!!)

Bref "Tarkan Viking kani " est un petit chef d'oeuvre, bien involontaire certes... mais absolument irrésistible. Sortit en DVd couplé avec une autre "perle": The deathless devil"

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans aventures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : Un blog consacré au cinéma de série B
  • Contact

Recherche

Liens