Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 16:18

 


The magnificent seven (Les 7 mercenaires), 1960, réalisé par John Sturges (Usa), avec Yul Brynner (Chris Adams), Eli Wallach (Calvera), Steve McQueen (Vin), Charles Bronson (Bernardo), James Coburn (Britt) Robert Vaughn (Lee), Hortz Buccoltz (Chico), Brad Dexter (Jarry Luck). Le petit village frontalier mexicain d'Excaltan reçoit régulièrement la visite du bandit Calvera et de ses sbires qui volent à chaque fois la récolte des pauvres péones. Les anciens du village, qui en ont marre de se voir ainsi piller , décident d'envoyer 3 hommes au Texas afin d'acheter des armes et recruter plusieurs mercenaires capables de combattre le bandit. Les trois hommes repèrent  tout d'abord Chris Adams, qui, aidé d'un certain Vin, vient de réussir à faire enterrer un noir, tenant ainsi tête à toute la population raciste. Chris accepte l'étrange proposition et va engager quelques "bras cassés"...

Eh oui, il n'y a pas qu'à Blanche Neige que le chiffre 7 porte bonheur... Gràce à ce premier remake "offciel" du célèbre film d'Akira Kurosawa (il y en eu pas mal d'autres, en western bien sur, mais aussi en péplum, en S.F, voir même en Manga japonais), les portes de la gloire  (et de la fortune) vont s'ouvrir pour pas mal de gens. Tout d'abord le réalisateur John Sturges, qui entamait ici sa carrière de producteur. Le film rapporta des millions et des millions de beaux dollars à travers le monde. Ensuite les acteurs... Yul Brynner (de son véritable nom Juli Borisovittch Bryner) remporte ici le plus grand succès  de son immense carrière (qui comptait déja "Les dix commandements", "Le roi et moi", "les Boucanniers "ou "Salomon et la Reine de Saba", excusez du peu!). Il rencontre sur le tournage un mannequin chilien et l'épouse. Doris Kleiner sera ainsi  sa deuxième épouse (sur 4). Steve Macqueen (jeune vedette montante) était alors sous contrat pour la série télévisée "Au nom de la loi". Il simula une grave blessure, due soi disant à un  accident de voiture afin de participer au tournage, qui fit de lui la vedette consacrée que l'on sait.Il retrouvera John Sturges quelques années plus tard pour "La grande évasion". Le public découvrait alors Charles Bronson (qui pourtant avait déja près de 10 ans de carrière) dans ce personnage sympathique de Bernardo, le mercenaire préféré des enfants. C'est un autre western ("Il était une fois dans l'ouest") qui le consacrera vedette internationnale. L'acteur autrichien Hortz Buccoltz  était surtout connu en europe ou il avait tourné quelques bluettes, notament avec Romy Schneider (si, si !). Grace au film de John Sturges, une immense carrière internationnale lui tendit les bras. Le public découvre aussi Robert Vaughn, qui confirmera quelques années plus tard sa popularité avec le role de Napoléon Solo dans la série télévisée "Des agents très spéciaux" (chef d'oeuvre kitchisime de la série télévisée d'espionnage). C'est, parait-il, son grand copain Steve McQueen qui imposa Jamers Coburn dans le film. Ce dernier n'eut pas à le regrétter car il demeure sans conteste une des figures les plus poupulaires du western ("Major Dundee", "Il était une fois la révolutione", "Pat Garrett et Billy le kid" ou encore "La chevauchée sauvage"). Tout comme l'acteur américain Eli Wallach, qui fera des rôles d' affreux- méchants-pas beaux sa marque de fabrique ("Le bon la brute et le truand","Les 4 de l'Avé Maria" "Le cerveau", "le voleur de cheveaux", etc...). De tous ces valeureux mercenaires (exception faite d'Eli Walach qui joue le méchant bandido mexicain), seul Brad Dexter (né Boris Milanovitch) ne connu jamais la même notoriété, même si son honnête carrière cinématographique s'ennorgueuille de plus de 40 films, dont le plus célèbre (hormis les "7 mercennaires", restera "Comment épouser un millionnaire" avec sa grande copine Marilyn Monroe). Curieusement , si le film remporta un immense succès populaire, il reçu aucune récompense, seulement une nomination pour l'oscar de la meilleur musique de film, musique composée par le grand Elmer Bernstein (ce fut Ernest Gold pour "Exodus qui remporta la statuette). Qu'importe, il signera la musiques des trois autres suites "western" ainsi que celle du feuilletton télévisé dont nous parlerons plus tard... 

le film existe bien sur en DVD, ainsi qu'en coffret avec ses 3 "suites" officielles

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans westerns
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : Un blog consacré au cinéma de série B
  • Contact

Recherche

Liens