Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 11:13

Trappola per sette spie (Piège pour 7 espions), 1967, réalisé par Mario Amendola (Italie). avec Yvonne Bastien (Micaela), Eduardo Fajardo (Colonel Riteau), Mirko Ellis (Hampstead), Carlo Giuffré (Castelotti), Mila Stanic (Nadia). Lucio de Santis (Bob Johnson). Dans le sinistre chateau isolé de Baltz, sept personnes se retrouvent séquestrées par un mystérieux individu, le comte von Rittenau, un ancien colonel de la Wermacht, qui, suite à l'explosion d'un obus trop près de lui, à Stalingrad, fut gravement atteint au cerveau. Le colonel a en effet décidé que ces sept personnes retenues chez lui avaient toutes participé à la chute du IIIè Reich et devaient donc mourrir. Le premier mourra donc ce soir, le dernier à la fin de la semaine...


Un Anglais (Hamstead), un Américain (Morris, mais pas prénommé Philipp), un Français (Castellotti),  un Belge (Bertrand, mais pas prénommé Plastic),  un Turc (Sakhry, prénommé non pas Hutch mais Ben), une Russe (Nadia Petrovna) et une Italienne (Michaela), tels sont les sept personnes condamnées à mort par le colonel von Rittenau. Sept espions, semblables aux dix petits nègres (ou petits indiens) de Tante Agatha (Christie). Sept espions représentant non pas les sept péchés capitaux mais les sept plaies combattues par le régime du IIIè Reich. Le premier est  bien sur juif, un juif que le colonel n'hésite pas à juger comme étant le plus infâme de tous car il aurait collaboré avec les alliés, non pas par conviction mais pour l'argent. Il sera le premier d'ailleurs à être tué. Les autres ne valent pas mieux aux yeux du vieux nazi puisqu'il il y a une slave, un homosexuel, un résistant entre autre... Les méthodes d'assassinats varient selon le jour. L'un des protagonistes sera même chassé comme un vulgaire gibier par la bande de jeunes exaltés (et leurs chiens) qui servent encore fidèlement le colonel. A noter cependant quelques moments d'humour comme le moment ou un pauvre petit scout apperçoit un feu de détresse  (un sos) lancé par un des espions, mais n'arrive pas à convaincre le reste de la troupe que, pour une fois, il n'affabule pas. Ou encore le moment ou une standardiste préfère se disputer avec son petit ami plutôt que de répondre à la prochaine victime qui vient juste de réparer le téléphone du chateau et essaye vainement donc d'appeller à l'aide... A noter que le directeur de la photographie n'est autre que Joe D'Amato lui même. Le film malheureusement n'est sortit qu'en VHS.

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans aventures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : Un blog consacré au cinéma de série B
  • Contact

Recherche

Liens