Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 16:00
Grandeur et décadence au sein de la famille Zaroff. Apparement, coté descendance, c'est pas gagné !


La Comtesse perverse , 1974, réalisé par Jess franco, (France), avec Alice Arno (la comtesse Zaroff), Howard Vernon (conmte Zaroff), Lina Romay (Silvia Aguado), Kali Hansa (Kali), Tania Busselier (Moira), Robert Woods (Tom), Caroline Rivière (Carole), Monica Swinn (la prisonnière). Sur une île méditéranéenne, vit un couple pervers, le comte Zaroff et sa très belle et néanmoins très autoritaire épouse, Sylvia. Leur unique occupation est de chasser le gibier humain qui leur est fourni par un couple de complices Tom et Moira. Sylvia chasse nue, assouvissant ainsi tous ses désirs les plus fous (sable humide dans la foufoune, épines d'oursins dans la plante des pieds, pinces de crabes sur les tétons, etc.. etc...). Bientôt arrive sa nouvelle proie: Silvia, fraichement kidnapée par Tom.  Sylvia n'aura la vie sauve que si elle parvient à éviter les flèches mortelles de la comtesse, et ce avant que les cloches du village ne sonnent l'angélus. Malheureusement pour la comtesse, cette fois-ci, Tom s'est attaché (au propre comme au figuré) à cette nouvelle proie et risque donc de ne pas accepter qu'on la transperce de flèche comme les autres...

Version cul-cul (mais pas gnan-gnan) des fameuses "Chasses du comte Zaroff" qui laissent tomber ici un voile (impudique) sur une partie de l'histoire jusqu'alors inexplorée: M. le comte serait marié et madame la comtesse manierais aussi bien, si ce n'est mieux les flèches de son carquois... Il eut été domage que Jess Franco, le pape, que dis-je l'empereur du BIS érotico ne nous donne pas sa version du fameux classique d'Ernst Schoedsack. Evidement comme dans tout bon Jess Franco il y a quelques scènes d'homosexualité féminine, de bondage, honorablement interprétées par madame Franco (Lina Romay). On aurait préféré Brigitte Lahaie dans le rôle de la comtesse perverse plutot que Alice Arno qui semble ignorer qu'une actrice peut posseder plus de deux expressions faciale. Mais on retrouve avec plaisir Howard Vernon, éternel complice de Jess Franco, dans le rôle du comte Zaroff. A noter, petite rajout de franco au script original (de Schoedsack): lorssqu'une victime est tuée par madame la comtesse, elle est aussitot découpée en morceaux par son serviteur Kali, congelée et resservie à table à la prochaine proie, qui bien sur ne sait pas ce qu'elle mange et trouve généralement cela absolument "déééééééliciiiiiieux"!
Du grand art cul-inaire.


 

Les week-ends maléfiques du comte Zaroff, 1974, réalisé par Michel Lemoine (France), avec: Michel Lemoine (Boris Zaroff), Howard Vernon (Karl le serviteur/Ivan son père), Joëlle Cœur (Anne), Patricia Mionnet (Jeanne), Nathalie Zeiger (Muriel), Martine Azencot (Joelle), Robert Icart (Francis). Le comte Boris Zaroff est le descendant du célèbre comte Zaroff. Comme son triste aieul, il a hérité de son gout de la chasse à l'homme, ce qui le distrait le week-end après avoir certainement passé une longue semaine à diriger ses affaires financières à travers le monde. C'est son fidèle serviteur Karl, qui lui fournit régulièrement son gibier humain, des proies féminines qu'il chasse allègrement à travers son domaine. Mais depuis quelques temps, le comte semble être hanté par le fantôme d'Anne de Boisrevault, l'ancienne propriétaire du domaine (souvenez-vous, son aieul à lui habitait sur une ile!), qui connut ici même une mort tragique!

Week ends maléfiques ? Plutot week ends faméliques...
Mais qu'attendre de plus de Michel Lemoine, obscur petit comédien de série z qui fit surtout carrière dans le cinéma bis transalpin avant de revenir en france pour se transformer en réalisateur (un titre qu'il s'octroya un peu facilement) de films érotiques, voir pornos et dont le seul titre de gloire fut que le journal Ciné Revue titra que "son film "Les désaxés", présenté à Cannes en 1972, était le meilleur film (érotique) du festival." *. On doit cependant se rememorrer que cette année là furent présentés à Cannes
 

  • L’aventure du Poseidon (Ronald Neame),
  • Le dernier Tango à Paris (Benardo Bertolucci),
  • Le Parrain (Francis Coppola),
  • Cris et chuchottements (Ingmar Bergman),
  • Cabaret (Bob Fosse),
  • Délivrance (John Boorman),
  • La vraie Nature de Bernadette (Gilles Carle),
  • Juge et Hors la loi (John Huston),
  • Etat de siège (Costa Gavras


NO COMMENT
Michel Lemoine devint donc metteur en scène. Activité qu'il aurait  renié par la suite disant que réaliser des films comme "Les petites saintes y touchent" ou "L'été, les petites culottes s'envolent" (la suite de "Tire pas sur mon collant" ?) n'étaient après tout pas sa tasse de thé...
Rien à tirer donc (sans mauvais jeu de mot) de ce film, version même pas érotique des chasses du comte Zaroff (mieux vaut revoir la version de Jess Franco citée plus haut), dont le scénario semble inexistant. Juste un assemblage approximatif de scènes gores (comme le couple attaché sous un bloc de lames acérées en carton pâte ou la femme dévorée par le chien, qui en fait n''est rien d'autre que le cabot de l'actrice qui semble plus vouloir jouer avec elle que la bouffer toute crue...) , de scènes oniriques (le fantôme de l'ancienne proprio, qui apparait on ne saura jamais pourquoi avant de disparaitre on ne saura  toujours pas pourquoi non plus, comme il est venu), plus quelques scènes vaguement érotiques (madame s'enfile son boa entre les pattes, un boa à plumes, pas un serpent, hélas, cela aurait certainement été plus drôle). Le tout évidement TRES TRES mal joué (sauf par Howard Vernon qui se demande bien ce qu'il fout la, vu que juste avant il interpretait le comte Zaroff lui même, dans le film de Franco, et que la on lui fait jouer son valet, mais bon il faut bien payer ses impots ma brave dame...). Afin de mieux distribuer le film en France, on fit croire qu'il fut interdit pendant plusieurs années par la censure (en fait il avait du mal à trouver un distributeur et cela se comprend....!).

* extrait de "L'age d'or du cinéma érotique et pornographique" de Francis Jouffa et Tony Crawley editions Ramsay Cinéma

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans aventures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : Un blog consacré au cinéma de série B
  • Contact

Recherche

Liens