Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 08:55


Pas de roses pour OSS 117, 1968, réalisé par (Italie/France), avec: John Gavin (Hubert Bonisseur de la Bath alias OSS 117), Margaret Lee (Aicha Melik), Curd Jugens (le Major), Luciana Paluzzi (Maud), Robert Hossein (Docteur Saadi), Rosalba Néri (Conchita Esteban), George Eastman (Karas), Guido Alberti (Melik), Piero Lulli (Van Dick), Renato Baldini (Mac Léod). Après avoir subit une opération chirurgicale du visage, afin de ressembler à un gangster nommé Chandler, l'ennemi public n°1, HBDB, alias OSS 117, qui vient de se faire coffrer à Rome pour avoir organiser un (faux) hold-up sanglant, va s'évader grçàce à la complicité d'une organisation criminelle dirigé par "Le Major". Cette organisation, spécialisée dans les crimes et les extortions de fonds, va charger "Chandler"  de tuer un certain Van Dick, médiateur de l'O.N.U, qui oeuvre en ce moment pour la paix au proche Orient entre diverses tribus nomades... Ce pour le compte de Meilik, l'un de ses clients. Afin de déjouer toute tentative d'évasion ou d'échec de "Chandler",Maud,  la jolie doctoresse du Major, fait à "Chandler" une piqure, qui en fait est un poison mortel. "Chandler" a deux jours pour réussir sa mission et retourner chez le docteur Saadi pour avoir le contre-poison, faute de quoi il mourra. Alors qu'il prépare son "coup", OSS 117 va faire la connaissance d'Aicha, la fille du Docteur Meilik, qui, bien involontairement, va permettre à Hubert de faire échouer l'attenttat conte Van Dick, et détruire complètement l'organisation du Major.

Cette fois-ci, on touche le fond, ou presque... Le film d'espionnage, gràce à la saga des 007 cartonne en Europe, et, en l'espace de 3/4 ans, les films d'espionnages europééns se sont plus que multipliés. La saga OSS 117 continue donc sur sa lancée, voulant profiter du filon. Malheureusement, elle peine à trouver ses marques. Cette fois-ci, André Hunebelle revient à la réalisation. Enfin, si on peut dire. jusqu'à présent, dans tous les OSS 117, c'est lui qui réalisait l majorité des séquences et quelques scènes étaient tournées par son assistant. Cette fois-ci, malheureusement, c'est le contraire. Hunebelle ne tournera que quelques scènes, Jean-Pierre Desagnat (principalement réalisateur de feuillettons télévisés: "Janique aimée", "Arsène Lupin" ) se retrouvant derrière la caméra pendant la majorité du film.

Et cela s'en ressent, le film manquant terriblement de souffle, surtout dans les (rares) scènes d'action (ce qui est un comble pour un film d'espionnage!!!!). Le scénario, pour la première fois,  est adapté d'un roman de Josette Bruce "Pas de roses en Ispahan pour OSS 117". On est ravi d'apprendre que l'on a échappé à une version style  "Modesty Blaise" de Losey (l'espionnage psychadélo-intello ) qui originellement avait été écrite par Pascal Jardin, mais Pierre Foucaud et Renzo Cerrato n'ont guère fait mieux...

Tout semble invraissemblable du début à la fin et on frise le niais plus que de raison (a la fin du faux braquage, quand les morts réssucitent, une des victimes dans l'ambulance se rélève et dit: "C'est OSS 117? il a changé de visage ? Il est encore plus beau.",  l'organisation criminelle s'apelle "L'organisation"...et j'en passe! ). Le début du film est entièrement doublé, les américains ne parlant qu'anglais (quel est l'intérêt de tout cela, si ce n'est que l'on a du mal à rentrer alors dans le film.?), mais en plus ,  OSS 117, qui donc parle français, possède un accent américain, ce qui est un peu déstabilisant et fait plus rire qu'autre chose. Les (rares) bagarres sont faites à l'Italienne (gros coups de poings, il ne manque que les bulles style bande déssinées Pif! Pouf! Paf ! Bang!) et on voit les raccords doublures/acteurs. Costé Casting, si il n'y a rien à redire coté John Gavin ( "Psychose" d'Hitchcock), qui est très joli à regarder et qui joue très bien, ni du coté de George Eastman qui fait un excellent méchant, on regrette que Robert Hossein (qui avait déja joué un méchant dans "Banco à Bangkok pour OSS 117" ) n'ai pas pu interpréter, comme il le souhaitait lui même, un docteur sadique mais éfféminé, son personnage manquant hélas sérieusement d'humour et d'intérêt (trop de méchants quii ne servent à rien et disparaissent comme ils sont apparus - on a par exemple une chinoise, que l'on voit deux fois dans le film et dont on ne sait rien, si ce n'est qu'elle préfère la "Truite" de Schubert aux quadragénaires bedonnants - ce qui ralentit beaucoup le film). On oubliera le rôle trop court (et muet) de notre Rosabla Néri adorée, qui, hélas, ne fait que passer en début de film. On tachera de ne pas se souvenir que Magaret Lee (la pire des OSS girls, voir la pire des actrices) faisait partie du casting et on regrettera amèrement que la costumière n'ait pas prévu plusieurs tenues pour Curd Jurgens (qui joue son personnage de méchant EXACTEMENT comme il le jouera plusieurs années après dans le James Bond "L'espion qui m'aimait" ) car à force de porter la même chemise, on voit les auréoles de transpiration sous les bras... (non, je plaisante, mais avouez quand même voir le méchant porter la même tenue du début à la fin du film, cela fait bizarre!!!).

Heureusement il y a la belle Luciana Paluzzi (la méchante du James Bond "Opération tonnerre" ), qui joue une doctoresse vévéneuse à souhait, personnage qui, malheureusement, disparait, on ne sait pourquoi, au milieu du film (pour être remplacée par le personnage de Robert Hossein (?????)  et qu'il aurait pourtant été extrèmement pertinant de faire réapparaitre, ne serait-ce que pour une confrontation plus "meurtrière" avec le héros. Mais bon, n'est pas Bond qui veut. 



Certes, OSS 117 a désormais le droit à quelques scènes de sexe, et donc à plusieurs OSS girls, comme son copain 007. Certes, on lui donne une jolie voiture (mieux que celle des premiers films...). mais bon, les décors (en Tunisie pour les extérieurs, à Cinecitta, pour les scènes dites "intérieures") font pitié par rapport à ceux des films de 007. Notament le chateau du méchant, qui mériterait quand même un bon coup de jardinage...et qui ne fait pas la comparaison avec celui d'un Drax (dans "Moonraker").
 par exemple.

C'est tout bête, mais tout est là, dans tous ces petits détails insignifiant, messieurs les producteurs! Le film, e 5 semaines d'exploitations à paris ne fera que 92.200 entrées. Après cet échec, Hunebelle arrêtera la série, voulant passer à autre chose. Et OSS 117 prendra quelques vacances.  On le comprend!!!
   
Le film est sortit en VHS et en DVD, avec une interview de Jean-Pierre Desagnat, par son fils qui n'a que peu d'intérêt car,d'une part, aucun extrait de film pour soutenir ce qu'il dit, d'autre part,  il se contredit souvent et ne se souvient jamais des noms de personnes, à oublier donc!

Partager cet article

Repost 0
Published by djordj - dans espionnage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de djordj
  • : Un blog consacré au cinéma de série B
  • Contact

Recherche

Liens